« Le Dialogue national inclusif du Tchad convoqué pour le 20 août 2022 ». (Porte-parole du gouvernement du Tchad).
Ecrire sans travestir, Informer sans manipuler, Analyser sans préjugés

L’Ambassadeur Cherif Mahamat Zene, le chef de la diplomatie tchadienne, jette l’éponge

Le ministre des affaires étrangères Cherif Mahamat Zene, à travers une lettre adressée au Président du Conseil Militaire de Transition (PCMT) Mahamat Idriss Déby, annonce ce lundi 19 septembre, sa démission du gouvernement de transition.

« Depuis quelques mois, mon engagement et ma volonté de servir mon pays  se trouvent contrariés par des initiatives parallèle des membres de votre cabinet et du gouvernement, entreprises à mon insu et sur vos instructions », écrit le chef de la diplomatie tchadienne. Cette déclaration laisse transparaître clairement une crise de confiance entre le chef de l’Etat et l’Ambassadeur Chérif Mahamat Zène. Du coup, le PCMT n’associe plus son ministre des Affaires étrangères à la gestion de la politique extérieure. Il confie les relations diplomatiques aux membres de son cabinet et à certains membres du gouvernement. Pour illustration, le ministre du Pétrole et de l’Energie, M. Djerassem Le Bemadjiel, représente actuellement le Président du Conseil Militaire de Transition aux obsèques de la reine d’Angleterre Élisabeth II, décédée le 8 septembre 2022. Pour le ministre, « ces initiatives du président de la République sont entretenues à dessein pour le réduire à un simple figurant » dans le gouvernement de transition. Par conséquent, « il ne paraît ni opportun, ni responsable de continuer à occuper mon poste ». Pourquoi le chef de l’Etat lâche ainsi son ministre des Affaires étrangères ?

Quelque chose est sûr, après la signature de l’accord de Doha  le 08 août dernier avec les politico-militaires,, M. Chérif Mahamat Zene, président du comité technique et chef de l’équipe gouvernementale chargé de négociation, n’occupe plus le devant de la scène diplomatique. En rappel, les pourparlers de paix entre les politico-militaires et la délégation gouvernementale à Doha ont duré cinq mois. Il a fallu l’arrivée au Qatar du chef de l’Etat pour que ce compromis soit arraché.

Cette crise gouvernementale qui intervient au moment où se déroule le dialogue national inclusif et souverain pour la refondation de l’Etat tchadien, inquiète les Tchadiens. « Devant cette situation aussi malsaine que confuse », le gouvernement doit communiquer pour éclairer l’opinion nationale sur cette démission.

Alphonse Dokalyo

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Alphonse DOKALYO

Alphonse DOKALYO

Laisser un commentaire