« Le Dialogue national inclusif du Tchad convoqué pour le 20 août 2022 ». (Porte-parole du gouvernement du Tchad).
Ecrire sans travestir, Informer sans manipuler, Analyser sans préjugés

Tchad : La souveraineté du dialogue national inclusif est actée

A 48 heures de l’ouverture officielle du dialogue national inclusif, le Président du Conseil Militaire de Transition (PCMT) Mahamat Idriss Déby a, par un décret n°2596 rendu public hier 17 août, consacré la souveraineté du dialogue national inclusif prévu pour le 20 août.

Par cet acte, le chef de l’Etat a cédé à l’une des revendications d’une partie de l’opposition politique et de la société civile qui exige que le dialogue national soit souverain et que ses résolutions soient exécutoires. Ainsi, l’article 2 du décret énonce clairement que « les résolutions du dialogue national inclusif sont exécutoires ». Son article 3 ajoute : « le président du Conseil Militaire de Transition, président de la République, chef de l’Etat, en est le garant ».

Cette dernière disposition du décret qui déclare le chef de l’Etat garant de l’exécution des résolutions du dialogue, rend, en même temps, neutre son rôle. Par conséquent, il ne doit pas se mêler du jeu politique. Aussi, la neutralité renvoie à l’idée d’arbitre qui est un personnage impartial.

Le PCMT doit clarifier sa position

Si le président du Conseil Militaire de Transition décide de se présenter aux futures élections présidentielles à la fin de la transition, ou si les participants au dialogue prennent une décision allant dans le même sens, il aura du mal à se départir de toute considération partisane, c’est-à-dire se mettre au-dessus de la mêlée. Dans ce cas, il n’apparaîtra plus neutre aux yeux de ses concurrents qui le soupçonnent déjà d’avoir des ambitions de briguer la magistrature suprême. De plus, cette décision sera contraire aux dispsoitions du décret portant souveraineté du dialogue national inclusif.

Pour relever toute équivoque,  le président du PCMT doit également prendre un autre acte pour réaffirmer son engagement de ne pas se présenter aux prochaines élections nationales. Lors de son premier discours à la nation le 27 avril 2021, le président de la République avait déclaré : « Le Conseil Militaire de Transition n’a pas d’autre objectif que d’assurer la continuité de l’État, la survie de la nation et l’empêcher de sombrer dans le néant, la violence et l’anarchie.  Les membres du CMT sont des soldats qui n’ont d’autre ambition que celle de servir loyalement et avec honneur leur patrie. Toute autre attitude des membres du CMT sera une atteinte impardonnable à la mémoire du Maréchal et à l’engagement face au peuple. »

Alphonse Dokalyo

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Alphonse DOKALYO

Alphonse DOKALYO

Laisser un commentaire