Ecrire sans travestir, Informer sans manipuler, Analyser sans préjugés

Presse : Les journalistes tchadiens réfléchissent sur leur responsabilité sociale

Un atelier de réflexion réunit du 15 au 18 novembre une cinquantaine journalistes et hommes des médias sur la responsabilité sociale des journalistes et le rôle d’un observatoire des médias au Tchad.

Dans le contexte particulier du Tchad, marqué par des prises de positions politiques parfois radicales teintées de haine et entraînant des violences sous toutes les formes, le travail du journaliste se trouve délicat. La fragilité du tissu social et de l’unité nationale, exacerbée par les propos va-t-en guerre des acteurs politiques et certaines officines peut amener les journalistes à oublier leur responsabilité au service de la vérité, sans parti pris, en vue d’une société plus juste et pacifique. « Il faut surtout cultiver, semer dans les cœurs et les esprits des citoyens l’amour du prochain pour une cohabitation pacifique durable », a recommandé le Président de la Haute Autorité des Médias et de l’Audiovisuel (HAMA), M. Abdéramane Barka Abdoulaye Doningar, à l’ouverture de cet atelier.

En rappelant le macabre rôle joué par certains journalistes lors des tragédies connues par d’autres nations comme au Rwanda, le Président de la HAMA insiste sur la responsabilité avec laquelle les journalistes doivent fournir l’information pour éviter que celle-ci devienne nocive à la société et source d’ennuis pour le journaliste lui-même. A ce titre, ils doivent être « conscients de la grande confiance à eux accordée par la société pour son accès à une information véridique, juste et équilibrée ». Le respect du Code d’éthique et de déontologie du journaliste tchadien pourra ainsi mettre l’abri le journaliste de tout déboire.

Au terme de cet atelier, les journalistes doivent remettre sur scelle l’Observatoire de la Déontologie et de l’Ethique des Médias au Tchad (ODEMET), l’organe d’autorégulation de la profession, conformément aux dispositions de la Déclaration des principes sur la liberté d’expression en Afrique, adoptée par la 32ème session ordinaire de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples d’octobre 2002 de Banjul (Gambie).

Nestor H. Malo

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Nestor HINYANDIGUIM MALO

Nestor HINYANDIGUIM MALO

Laisser un commentaire