« Le Dialogue national inclusif du Tchad convoqué pour le 20 août 2022 ». (Porte-parole du gouvernement du Tchad).
Ecrire sans travestir, Informer sans manipuler, Analyser sans préjugés

L’Eglise Protestante au Tchad se retire du dialogue

Le Palais des Arts et de la Culture qui abrite depuis le 20 août dernier, le dialogue national inclusif et souverain (DNIS), se vide de ses occupants dont certains boycottent ces assises. Lors d’un point de presse tenu, le 09 septembre, l’Eglise Protestante au Tchad décide de suspendre sa participation au dialogue national qu’elle juge non inclusif.

 L’Eglise protestante au Tchad gèle sa participation au dialogue pour plusieurs raisons. Elle constate qu’il y a une ferme volonté de sauvegarder le système dans son intégralité. C’est ce qui régit le déroulement du DNIS, lit-on dans sa déclaration. Ainsi, le texte déplore les procédures  de l’adoption du Règlement intérieur (RI) et de la mise en place du Présidium sans respect du RI. L’Eglise relève aussi que les travaux du DNIS se poursuivent sans le réaménagement du présidium annoncé par le président afin de mettre tout le monde en confiance. De plus, malgré l’appel et l’insistance des participants afin de faire participer certains leaders politiques, de la société civile et des politico-militaires non signataires de l’accord de Doha, absents au dialogue, « les acteurs sont restés insensibles, s’activant à protéger leurs intérêts au mépris de ceux de la nation », constate-t-elle. Tous ces facteurs réunis entament la souveraineté du DNIS et ne garantissent pas non plus son caractère inclusif, mentionne la déclaration. Pourtant, « les Tchadiens attendent beaucoup de ce dialogue. Ils nourrissent l’espoir que les conclusions de ces assises permettront de rétablir l’ordre constitutionnel, la justice, l’égalité, l’équité, la vérité, la réconciliation et de mettre fin aux conflits agriculteurs-éleveurs ». Ainsi, pour éviter de cautionner l’injustice et l’inégalité, l’Eglise décide de suspendre sa participation au dialogue à partir de ce vendredi, 09 septembre, renseigne le document.

L’Eglise Protestante au Tchad subordonne son retour au DNIS, si le caractère inclusif et souverain est pratiquement restauré. Sinon, elle décide de conserver sa neutralité et de valoriser l’authenticité de la vérité évangélique qui sous-tend son attitude et ses actions dans la société. A cet effet, l’Eglise encourage tous les fidèles des assemblées, des paroisses et églises à veiller et prier pour que Dieu sauve le Tchad, conclut la déclaration qui a été signée par les responsables des Eglises suivantes :  Entente des Eglises et Missions Evangéliques au Tchad (EEMET), Association Tchadienne des Eglises Baptistes Mid-Mission (ATEBAM) et l’Alliance des Eglises Evangéliques de la Pentécôte au Tchad (AEEPT).

Alphonse Dokalyo

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Alphonse DOKALYO

Alphonse DOKALYO

Laisser un commentaire