« Le Dialogue national inclusif du Tchad convoqué pour le 20 août 2022 ». (Porte-parole du gouvernement du Tchad).
Ecrire sans travestir, Informer sans manipuler, Analyser sans préjugés

Guéra: Des jeunes courent vers l’or de Tchaka

Ces derniers temps, des jeunes accourent des provinces voisines et mais aussi éloignés comme celles de l’Est ou du Nord du pays pour se rendre à Tchaka, à la recherche de l’or.

Tchaka est une localité située à environ 200 kilomètres de la ville de Mongo. On raconte qu’une équipe de 7 jeunes s’y était rendue et a gagné plus de 25 millions dans un temps record. C’est ainsi que la ville de Mongo est bondée par l’arrivée de personnes dont l’âge varie de 15 à 50 ans. Ils. Des gens viennent de tout horizon pour la destination Tchaka.

Le frais de transport est fixé à 5000 Fcfa par passager pour le trajet Mongo-Arboutchatak. A Arboutchatak, des mototaxis sont disponibles 24 heures sur 24 pour transporter les intéressés à leur destination finale, à raison de 1000 à 2000 Fcfa selon le nombre de clients transportés sur le même engin. Selon les témoignages de quelques jeunes revenus de Tchaka, des centaines des gens y sont arrivés pour le même objectif. Certains parviennent à trouver quelques grammes de ces minerais. La plupart ne trouvent rien, mais continuent à espérer. D’autres retournent bredouilles dans leurs familles.

La vie à Tchaka est très chère. Pour y arriver, il faut dépenser au moins 15 000 Fcfa. En plus de cela, il faut ajouter les dépenses pour l’alimentation. Le biscuit est vendu à 200 Fcfa. Un bidon de 20 litres d’eau de mare est acheté à 1000 Fcfa, le Coro de farine de mil coûte 2500 Fcfa. Si, par malheur, tu tombes malade, c’est le comble. Voyant tout ce calvaire, les malchanceux reviennent avec une déception totale. Ils avaient abandonné leurs champs et leurs familles, vendu leurs biens, effectué un voyage dans des conditions difficiles, et au final, se retrouvent les mains vides.

Les mésaventures de ces jeunes, ainsi que l’abandon des activités agricoles, associés aux dégâts causés par les inondations sur les parcelles agricoles, constitueront, certainement, l’une des causes d’une probable insécurité alimentaire dans la province du Guéra.

Ramadan Idriss Issa, Mongo

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Nestor HINYANDIGUIM MALO

Nestor HINYANDIGUIM MALO

Laisser un commentaire